• _ « Certain silence sont comme des sagesse tu sais...
    Bref,
    Nous avions une sœur.
    Et jme souviens d'elle une ou deux fois par mois
    Des journées entière le nez
    Dans un mouchoir a pleurnicher
    [..]
    Rien ne pouvait la détourner de son chagrin
    Toute tentative de la distraire était vaine
    Et c'est pasqu'il n'y avait pas de raison a ses pleurs
    C'est elle-même qu'il le disait
    [..]
    Elle appelait ça ses jours de chiales
    [...]
    C'est impossible pour les autre d'admettre
    Qu'on puisse pleurer de cette manière là.
    [...]
    Et moi je crois que ce sont ces très vieilles tristesses qui l'on tuées

    Je crois qu'on sous estime énormément la tristesse en général.
    On meurt toujours de tristesse en fait. »

    _ « Tu veux dire que la tristesse est installé en nous
    Des notre naissance »
    _ « Oui »
    _ « Comme la couleur des yeux»

    _ « Oui exactement,


    Et c'est pour ça qu'il faut en prendre soin.
    Et pour ce soin les autres ne peuvent rien.
    Personne ne peut rien contre ou pour notre couleur des yeux...


    Aussi je pense qu'il serait juste que je te laisse prendre soin toute seul de ta tristesse.»

    votre commentaire
  • Jsuis en manque de souvenirs
    Ils servent à s'endormir,
    Le soir. A apprecier de regarder le paysage défiler.
    Tu te souviens d'un baiser, d'une soirée à picoler, tu souris et t'as mal...
    Un peu.
    Tu soupires, et les fantomes disparaissent.
    A quand, a quand les prochains souvenirs?
    Les anciens s'usent, on perd en couleurs, et en saveurs. Qu'ai-je vraiment ressenti? Jme souviens d'avoir été heureuse, mais jme souviens plus de ce que ça m'a fait.
    Ca pince le coeur il parait.

    votre commentaire
  • J'en étais ou déjà?

    Si j'ai voulu écrire ici, c'est en me disant que je n'aurais pas à effacer les traces de mes pas derriere moi.

    Qu'importe si j'ai tout oublié de mes cours de grammaire de primaire, si j'offusque par certaine de mes terminaisons. Qu'importe qu'on se moque de mes préoccupations, je suis niaise, ne vous déplaise.

    Qu'importe si on écrit mieux que moi. 

    j'ecris, jécrirais , cela sert tout de même

    "Seul, ce miroir critique lui offre son image"

     

    Je viens de me péter le poignet contre mon bureau. Je ne suis pas de ces personnes qui appellent à l'aide de cette manière, en se faisant mal physiquement. Je suis de celle qui ressorte la colère ainsi. Lorsqu'on a mal quelque part, il suffit de créer une autre douleur pour oublier la précédente. Si je me blesse, je plante mes ongles autours de ma blessure. Les deux douleurs se confondent, s'embrouillent, on ne distingue plus l'une de l'autre. Et puis cela force à se calmer. "Ok , ok Bureau, c'est toi le plus fort! :S "  Et bon je l'avoue, je ne trouve rien de plus joli qu'un bleu, ou une cicatrice. Seulement bien souvent, je n'ai aucune trace des coups que je recois...


    votre commentaire
  • Pour ce Soir, le Premier, puisqu'il est important, On fait dans le Simple, histoire de ne Rien rater. On est Sur de ne pas se Tromper quand on en dit pas Trop. Le silence est Beau, quand Il vient d'une Nouvelle Bouche.  

    Au Dernier, j'aurais le Temps, je saurais quoi dire, parce qu'un Aurevoir demande des Mots, pendant qu'un Bonjour se contente d'un Sourire.


     

    Je me présente...En Silence


    votre commentaire