•  

    Tu tues une baleine, t'auras les ecolos, t'auras green peace, t'auras le comandant cousteau sur le dos!
    Mais decimes un banc de sardine j'aime autant te dire qu'on t'aideras a les mettre en boite!


    votre commentaire
  • J'essaye tjs de trouver des explications à tout
    et je ne me sens apaisé que lorsque j'ai trouvé
    celle qui me convient
    Car la premiere qui me vient à l'esprit est tjs , bien sur,
    celle que je refuse
    Pourtant il reste la plus probable,
    Celle que je n'imagine pas...

    Pkoi a-t-on peur de plonger dans l'obscurité,
    j'ai certains souvenirs sans image
    et je crois qu'avec ils perdraient de leur beauté.

    J'y suis j'y reste, et si pleut
    ne le verrais je du moins pas venir.


    votre commentaire
  •     

     En ce moment je pense beaucoup au temps...Pas à la peur de mourir, ni de rater quelque chose, non. Jme dis pas que le temps passe vite, que je vieillis, alors que je suis encore jeune, me dit meme pas qu'à force de s'accelerer comme ca jle verrais plus passer...Je pense à la facon dont il se mesure, dont il se constitue. Ce qu'il a de maléable dans sa composition. Je pense surout à la facon dont on voit le temps, quand on croit qu'il s'en ai passé trop, ou pas assez...C'est si bete parce que nous le mesurons tous différemment, et lorsqu'on croit qu'il est trop tard , il est parfois juste l'heure pour quelqu'un d'autre.


    votre commentaire
  • Je tombe...

    A moins que ce ne soient mes paupières.

    L'ombre après la pluie, Le vide mais jamais l'ennuie, dans ce monde ou je m'oublie, ou je souris.

    Sans Raison.

    Cent raisons dcontinuer de fixer le plafond, s'agirait pas dsendormir et d'y retourner.


    votre commentaire
  • "Je veux bien danser la tyrolienne
    Ou même, attendre l'arlésienne
    Mais j'me vois pas compter les tic tac de Big Ben
    Tu peux chanter le port d'Amsterdam
    Me faire traverser la manche à la rame
    Mais j'me vois pas quitter les rues de Paname
    Paris en bouteille, embouteille ma vie
    Je me soûle dans sa Seine, je me noie dans son lit
    Que tu restes que tu viennes je n'quitterai pas Paris"


    *quai du métro cluny*


    1 commentaire